Suivez-nous sur LinkedIn

Tiens-toi correctement ! Tiens-toi droit !… Combien de fois avons-nous entendu ces consignes ou injonctions pendant notre enfance ou notre adolescence ?

Posture socialement convenable ou posture protectrice du squelette ? 🤔

La position assise convenable doit-elle être une posture sociale ou une posture soit disant protectrice du squelette ?

L’image sociale caricaturale d’un ado assis, c’est la position avachie, la « détente attitude ». En revanche pour un adulte, cette posture nonchalante n’est pas convenable, nous  voulons « faire grandir » l’enfant en lui demandant de se redresser, se tenir bien droit…mais c’est pour lui, très, très fatigant !

Son image dégradée importe peu, puisqu’il se sent bien ainsi, il veut rester vautré sur le canapé du salon ou sur son lit parce que c’est confortable et que ça ne requiert aucune dépense d’énergie.

La posture assise de référence de nos grands-parents, à l’école ou à la maison, était c’est vrai une attitude rigide, parce que cette posture redressée, ça faisait sérieux, ça donnait une allure, une image respectueuse, concentrée, attentive aux bonnes manières que l’adulte voulait enseigner.

Il en va tout autrement aujourd’hui. Alors, faut-il regretter ces temps anciens de postures figées et raides, où le corps devait être maîtrisé dans son apparence sociale ou faut-il autoriser nos chérubins à se positionner comme bon leur semble ? 

C’est vrai que s’avachir détend les muscles de toute la chaîne postérieure vertébrale, du cou jusqu’aux talons ! Mais pour autant cette posture de « bien-être » est une posture de contrainte pour les disques intervertébraux. Or physiologiquement parlant, ceux-ci,  durant toute notre vie et tant qu’ils sont en bon état, ne disent rien puisqu’ils ne sont pas innervés et donc sont insensibles à toute forme de contrainte. 

Heureusement d’ailleurs, parce que si nos disques, coussins de mousse cartilagineuse, dont le rôle est de servir d’amortisseurs protégeant nos vertèbres, étaient reliés au système nerveux, nous aurions mal en permanence et quel que soit les postures (posture assise, posture debout penchée en avant, manutention de charges, mouvements divers…). Le dernier disque lombaire, appelé L5S1, sans rien dire, supporte des centaines de kilogrammes de pression.

Génial ! Même pas mal !

En revanche, nos habitudes posturales inconscientes de confort entretiennent les contraintes, qui au début (c’est-à-dire jusqu’à la quarantaine à peu près) ne présentent aucun inconvénient. Le jeune adulte, sans s’en rendre compte, force en construisant sa future maison, l’informaticien ne voit aucun intérêt à se lever régulièrement de son siège, le gaillard musclé se sent capable de soulever sans aide les meubles les plus lourds lors d’un déménagement, et pourquoi s’interdire après une dure journée de boulot cette posture tant aimée de notre enfance, bien vautrée dans le canap’ bien mou pour regarder la série du moment.

C’est vrai qu’il n’est pas interdit tout de même de se lâcher de temps en temps puisque ça fait du bien. Ce n’est pas cette posture qui pose problème mais c’est sa durée d’exposition ! C’est la dose qui est poison, pour paraphraser Paracelse, qui pour un autre sujet nous avertissait déjà de l’effet néfastes de certaines habitudes récurrentes alimentaires.

 

Donc que dire à notre ado, au professionnel sur son fauteuil de bureau, au routier ou conducteur d’engin sur son siège réglable ?

Les laisser dans leur position de mollusque ? Les contraindre comme jadis à une attitude rigide et fatigante ? Les mettre assis sur un ballon, nouvelle tendance à la mode « d’ergomotricité » dans les bureaux high tech ? 

Depuis que l’être humain est devenu homo sédentarius (de sedere, être assis) de nombreuses heures par jour, à son travail, dans les transports comme à la maison, il a augmenté sans s’en apercevoir les statistiques en faveur de ce mal du siècle qu’est le mal de dos.

Alors que faire pour éviter l’usure discale ?

Éviter l’usure discale, la hernie discale (de plus en plus précoce) ou encore la dégénérescence arthrosique très invalidante ? 

Tout d’abord comprendre l’outil squelettique, sa logique de fonctionnement, sa logique d’utilisation, sa logique d’entretien et sa logique de prise en charge précoce en cas de problèmes. 

C’est l’objectif principal de nos formations, faire comprendre de façon simple l’outil corporel, ses capacités, mais aussi ses limites. C’est adapter au mieux notre environnement pour ménager notre monture, et enfin s’adapter au mieux aux conditions de vie contemporaine. Une alimentation saine éloignée des standards marketings, une activité régulière modeste éloignée de l’esprit de performance, un repos réellement profond pour garantir au corps une récupération efficace…

 

Corps Accordé vous propose des formations axées sur la compréhension de la logique corporelle 👋

Par nos stages ludiques et participatifs, sans donner de leçons, sans diktat, nous développons l’envie de connaître le fonctionnement de ce merveilleux outil corporel, améliorer le savoir-faire pour le respecter, augmenter la motivation à l’entretenir efficacement. Tout le monde y trouve son compte.

CORPS ACCORDÉ CONSTRUIT LES FORMATIONS ADAPTÉES À VOS BESOINS

Forts de tous nos conseils, vous aimeriez trouver la formation en prévention santé au travail sur-mesure pour vos salariés ? Quels que soient vos objectifs, confiez-nous votre recherche. Vous bénéficierez d’un service complet et personnalisé.

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.